Bulletin Trimestriel Q2 – 2018

Tout au long du deuxième trimestre, l’espoir subsistait que l’administration américaine comprenne que l’imposition de tarifs douaniers, d’abord sur l’acier et l’aluminium, et ensuite sur une longue liste de produits provenant de la Chine, ne pouvait avoir qu’un effet déprimant, tant sur l’économie américaine que sur l’économie mondiale. Mais cet espoir s’est rapidement évanoui. La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine s’est engagée le 6 juillet, lorsque le président Trump a confirmé l’imposition de tarifs sur des produits d’importation chinoise totalisant 34 milliards de dollars. Œil pour œil, dent pour dent : comme ils l’avaient promis, les dirigeants chinois ont aussitôt répliqué en imposant des tarifs de même ampleur. Qu’à cela ne tienne, les Américains ont ensuite renchéri en annonçant de nouveaux tarifs portant sur des produits d’une valeur cette fois de 200 milliards de dollars, que les Chinois ont rapidement égalés. L’improvisation et le chaos qui semblent dominer les processus décisionnels à la MaisonBlanche ne permettent pas de déterminer où s’arrêtera cette guerre commerciale. Chose certaine, le choc sur l’économie est inévitable.

Bulletin Trimestriel Q1 – 2018

Elle se faisait attendre depuis plusieurs trimestres. Finalement, en février, la votalitilé s’est manifestée sur les marchés financiers, et de belle façon. L’indice de volatilité du S&P 500 VIX, qui s’était maintenu sous sa moyenne historique de 16 durant presque toute l’année 2017 et avait même amorcé 2018 sous la barre de 10, a flambé jusqu’à 50 au début du mois février.

Bulletin Trimestriel Q1 – 2017

L’arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche a marqué les marchés financiers autant que les esprits. La spectaculaire poussée boursière amorcée au lendemain de l’élection du 7 novembre s’est à nouveau accélérée en février à la suite de son assermentation à titre de 45e président des États-Unis. Mais après quelques semaines, force fut d’admettre qu’il allait lui être difficile de passer de la rhétorique à l’action.

2017

Une croissance économique mondiale synchronisée, des bénéfices des entreprises en forte expansion, l’adoption d’une réforme fiscale majeure aux États-Unis et des tensions géopolitiques qui s’apaisent quelque peu ont marqué l’actualité économique et politique du quatrième trimestre.

2016

L’élément marquant du dernier trimestre 2016 aura été sans contredit l’élection de Donald Trump à la Maison-Blanche…

2015

Malgré un trimestre positif, nous avons fait face à une marée descendante au sein du marché des débentures convertibles. Faible volatilité, offre réduite et dans certains cas valorisations trop agressives des nouvelles émissions, faiblesse du prix des matières premières et volumes transactionnels plutôt minces, se sont unis pour compliquer le trimestre.

2014

Q3 2014 aura permis de voir réapparaître des termes financiers absents du paysage depuis plusieurs années. En effet, malgré le contexte de globalisation qui s’accélère depuis des dé- cennies, plusieurs économistes et investisseurs plaident maintenant en faveur du « découplage » des économies… favorisant au passage principalement les USA et le Royaume- Uni au détriment […]

2013

QE = RT « Quantitative Easing = Risk Taking ». Voilà qui semble avoir été l’équation magique en 2013, une année remarquable pour les actifs risqués, notamment actions et titres obligataires corporatifs.