Bulletin Trimestriel Q4 – 2017

Une croissance économique mondiale synchronisée, des bénéfices des entreprises en forte expansion, l’adoption d’une réforme fiscale majeure aux États-Unis et des tensions géopolitiques qui s’apaisent quelque peu ont marqué l’actualité économique et politique du quatrième trimestre. Tout cela a permis la poursuite de la hausse des marchés boursiers et a poussé en fin d’année l’indice S&P 500 à 2674, soit un gain d’environ 20 % depuis un an, un résultat certainement supérieur aux attentes des stratèges financiers les plus optimistes.

Bulletin Trimestriel Q3 – 2017

Les économies se portent bien, merci. Malgré l’effet appréhendé des ouragans, la croissance américaine a surpris la majorité des observateurs en atteignant 3 % au troisième trimestre, selon les premières estimations du département du Commerce des États-Unis. Elle se chiffrait à 3,1 % au trimestre précédent. Au Canada, même si l’on savait insoutenables les taux de croissance de 3,7 % et de 4,5 % des deux premiers trimestres, celui du troisième trimestre devrait malgré tout atteindre 2 %. L’année 2017 se solderait ainsi par un taux de croissance d’environ 3 %. Quant à l’économie mondiale, son taux de croissance annualisé avoisine actuellement les 3,7 %, et les indicateurs manufacturiers (PMI mondiaux) atteignent presque partout de nouveaux sommets.

Bulletin Trimestriel Q4 – 2016

L’élément marquant du dernier trimestre 2016 aura été sans contredit l’élection de Donald Trump à la Maison-Blanche et, probablement encore plus, les majorités républicaines au Sénat et à la Chambre des représentants. Après une nuit chancelante, les actifs à risque réagissaient positivement dès le lendemain, encouragés par la position de force du nouveau président qui devrait lui permettre d’appliquer sans trop d’opposition son programme de stimulation budgétaire alliant réductions d’impôts à hausses des dépenses publiques.

Bulletin Trimestriel Q3 – 2016

Jusqu’à tout récemment, le bilan des banques centrales mondiales semblait condamner à croitre jusqu’à ce que mort s’en suive. Mais (heureusement), un sérieux rappel à l’ordre semble être engagé chez les responsables des politiques monétaires. L’assouplissement quantitatif (« QE ») est de plus en plus considéré inefficace économiquement, et potentiellement nuisible dans le processus de fixation des primes de risque sur les marchés via des taux court terme négatifs.

2017

Q3 2017 aura permis de voir réapparaître des termes financiers absents du paysage depuis plusieurs années….

2016

L’élément marquant du dernier trimestre 2016 aura été sans contredit l’élection de Donald Trump à la Maison-Blanche…

2015

Malgré un trimestre positif, nous avons fait face à une marée descendante au sein du marché des débentures convertibles. Faible volatilité, offre réduite et dans certains cas valorisations trop agressives des nouvelles émissions, faiblesse du prix des matières premières et volumes transactionnels plutôt minces, se sont unis pour compliquer le trimestre.

2014

Q3 2014 aura permis de voir réapparaître des termes financiers absents du paysage depuis plusieurs années. En effet, malgré le contexte de globalisation qui s’accélère depuis des dé- cennies, plusieurs économistes et investisseurs plaident maintenant en faveur du « découplage » des économies… favorisant au passage principalement les USA et le Royaume- Uni au détriment […]

2013

QE = RT « Quantitative Easing = Risk Taking ». Voilà qui semble avoir été l’équation magique en 2013, une année remarquable pour les actifs risqués, notamment actions et titres obligataires corporatifs.